mardi 6 janvier 2015

Le webmarketing ...


Les erreurs  fatales à ne pas commettre !

 

En regard des nombreux médias sociaux, le mail est toujours aujourd’hui un excellent outil en webmarketing. Une étude du cabinet McKinsey nous apprend que l’email est 40 fois plus efficace que Facebook et Twitter réunis.
 Dans le domaine spécifique de l’e-commerce, un sondage nous apprends que 60% des e-commerçants ont un retour sur investissement grâce aux mails de 35 pour 1!
L'utilité de cet outil n'est donc pas à remettre en question, par contre il faut l'utiliser correctement pour qu'il soit efficace ...


• Acheter des bases d’emails à des revendeurs

 

Certaines société de marketing vous proposent d’acheter des CD contenant des millions d’adresses mails pour trouver des prospects. Bien sur ils vous font miroiter des centaines de commandes pour vous inciter à l'achat.
 Derrière ce miroir aux alouettes il y a l’erreur la plus fatale de toute stratégie de mailing, le résultat probable sera de se retrouver sur la liste noire de certains fournisseurs d’accès.

• L’inscription à la newsletter dans une pop-up dès la première page

Rien d’illégal dans cette pratique, mais les utilisateurs n'apprécient pas du tout, du tout, du tout ... Cette pratique est recommandée par certains gourous du marketing, je la trouve personnellement très agressive. Vous pouvez la proposer après quelques pages quand l’intérêt de l’internaute pour la boutique est réel, vous pouvez de plus l'inciter à s'inscrire en associant l'inscription à une promotion sur la première commande par exemple.

• Proposer l’inscription en pré-coché dans un formulaire (en opt-out)

Cette technique porte le nom de l’opt out où il faut décocher la case pour ne pas être inscrit au contraire de l’opt in où il faut la cocher pour s’inscrire. La pratique de l’opt out est interdite par l’article L34-5 du Code des postes et des communications électroniques mais en plus pas appréciée du tout des internautes.

• Vous ne nettoyez votre base d’abonnés ?

C'est une mauvaise pratique qui peux avoir un impact financier réel (perte de temps) et réduire bien sur votre taux de retours positifs.
Suivant votre stratégie (type d’emails, fréquence, contenus…) vos abonnés seront peut être de moins réactifs à vos newsletters, de plus vos envois risque d'être pris pour du spam par les fournisseurs d'accès.
Vous devez donc avoir une stratégie de gestion des inactifs pour faire un ménage efficace.

• Utiliser son email personnel Gmail, Orange… comme expéditeur

Toujours pour une notion de délivrabilité, n'utilisez pas une adresse du type : ma-société@orange.fr ou gmail.com, mais créez une adresse sur votre serveur d'hébergement avec votre nom de domaine !
Ex : newsletter@ma-société.com

• Envoyez avec une adresse en no-reply@mondomaine.com

 

Une des erreurs les plus communes également en email marketing, l’expéditeur en no-reply, vos clients vont penser : « Merci de ne pas répondre à cet email, je ne le lierai pas, votre opinion ne m'intéresse pas et je n'ai pas de temps à perdre avec vous ».

• Vous ne personnalisez pas le mail expéditeur ?

En envoyant vos newsletters sans les personnaliser avec un email d’expéditeur ainsi qu’un nom associé, vous perdrez potentiellement en identification rapide de vos newsletters et en taux d’ouverture. Un email avec « Nathalie de Mon magasin en ligne » avec comme email « nath@Mon magasinenligne.com » sera plus facilement ouvert si l’internaute peut identifier rapidement de qui il s’agit.

• Portez du soin à la qualité du code !!!

Comme toute bonne newsletter vous allez l'envoyer bien sur en HTML (c’est à dire avec une présentation graphique, des images etc...), vous devez faire très attention à son codage.
Il faudrait une page entière pour tout énumérer mais si cela vous intéresse, je vous recommande de lire un guide du CSS.

• Tenez compte des mobiles et des tablettes !

Sachez que 52% des internautes ouvrent leur mail sur smartphone (+37% en 1 an) et 33% sur tablette (+50% en 1 an) !!!
 Savez vous aussi que 80% des internautes suppriment le mail s’il n’est pas optimisé pour leur mobile !!!

• Utilisez du texte dans vos newsletters !

Quelquefois les images ne passent pas et sans texte vos mails deviendrons illisibles !

• Préoccupez vous du poids de votre newsletter !

Il est conseillé de ne pas dépasser les 50 Ko, voire mêmes les 30, pensez aux mobiles en 3G. Pensez donc à optimiser le poids de vos images, évitez les « grandes » images réduites en taille dans le code, compressez les pour obtenir le meilleur rapport poids/qualité avec votre logiciel graphique.

• Proposez un lien miroir ...

Le lien miroir est la version en page web que votre client pourra consulter si l’affichage est détérioré sur le webmail ou logiciel de mail de votre abonné.
Il s’agit du lien que vous voyez en haut de la plupart des newsletters avec comme intitulé « Vous ne voyez pas bien cet email, cliquez ici » . Evidemment la version en ligne doit être exactement la même que  la version reçu par l’internaute !

• Proposez un lien de désinscription

C'est une obligation légale (loi LCEN 2004). De plus cela a un effet sur la qualité de votre base de données (voir ci-dessus). En effet, si vos abonnés ne le trouvent pas facilement, ils peuvent vous déclarer comme spameur d’un clic dans leur webmail, les conséquences seront bien entendu beaucoup plus facheuses qu’un abonné désabonné.


• N'omettez pas les mentions légales de la CNIL

Tout comme la déclaration CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) lorsque vous proposez une newsletter sur votre site, le paragraphe en bas de votre newsletter est obligatoire (pour les société françaises). Il vaut donc mieux ajouter les mentions obligatoires CNIL : « Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite loi Informatique et Libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant, qui peut s’exercer sur simple demande à notre service client via notre formulaire de contact (lien) de notre site www.monmagasin.com ou par courrier adressé à Mon magasin – Service désabonnement – adresse –  en indiquant votre nom, prénom, adresse complète et adresse mail ».

• Vérifiez le rendu final

Transformer une maquette en html est un art plus difficile qu’il n’y paraît pour le mail.
Le rendu que vous pouvez avoir sur votre messagerie n’est pas forcément le même sur les logiciels de vos abonnés. N'oubliez donc pas de vérifier que tout s'affiche correctement sur les logiciels les plus courants du marché.


• Faites attention à l'objet de vos messages !

L’un des critères déterminant sur le taux d’ouverture de vos mails marketing est le sujet du message, pour 7 internautes sur 10 c'est l'unique critère qui leur fera ouvrir vos mails . De plus ils doivent être courts afin d'informer avant d’être « coupés » par l'affichage.
Ils doivent susciter l’intérêt cela va de soit.

• Pensez à l'acte déclencheur !

Vous avez forcement un objectif lorsque vous envoyez une newsletter et la plupart du temps avec un incitation au clic. Vous devez donc penser à optimiser cette intention en expliquant à l’internaute ce que vous attendez de lui et bien matérialiser votre acte déclencheur avec un bouton, mais ne comptez pas que sur le bouton, pensez aussi au texte !

• Pensez à la page de destination

L'acte déclencheur doit pointer vers la page de destination appropriée donc pas forcement sur votre page d’accueil (ce conseil vaut également pour toute campagne SEA (Adwords et Bing Ads).

• Répondez aux mails en réponse

Certains de vos abonnés voudront des précisons, ne les négligez pas, répondez leur le plus rapidement possible.

• Pensez à vos statistiques

Taux d’ouverture, taux de clic, taux de désabonnement, de mise en spam… Analysez toutes ces informations pour optimiser au fur et à mesure vos campagnes de marketing.
Cela vous permettra de voir quels sont les objets (titres de mails) qui génèrent le plus d’ouverture. Vous pouvez aussi coupler tout cela avec des statistiques Analytics pour faire remonter dans votre outil des informations sur la transformation et le chiffre d’affaire généré directement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire